Trois athlètes #CFN au Triathlon de Namur 2019 : interview

louis-tricot-uQp588ZWISk-unsplash.jpg

Récemment, 2 coachs de CrossFit Nivelles (Charles Glorieux et Remi Weymers) et un de nos athlètes (Julien Lahou) ont participé au Triathlon de Namur ! Première expérience en Triathlon pour Charles, 2ème expérience pour Julien et 3ème pour Remi. Mais ces expériences antérieures n’étaient pas au même niveau.

A trois, ils nous expliquent comment ils ont vécu ce triathlon et donnent quelques conseils pour celles et ceux qui voudraient se lancer dans une telle épreuve ! Interview…

Leur expérience en triathlon ?

Charles Glorieux

Charles Glorieux

Charles : C’était ma toute première expérience en triathlon. C’était également la première fois que je nageais en eau libre et que je faisais un circuit en vélo de route.

Julien : Moi, j’avais déjà fait une compétition il y a une dizaine d'années mais c'était un triathlon d'école avec une distance deux fois inférieure... ce n'était pas vraiment comparable.

Remi : Avant de participer au triathlon de Namur, j’avais déjà pris part à 2 triathlons sprint. En deuxième année à l’unif, j’étais en option triathlon. Cela faisait partie de nos tests de fin d’année. C’était donc le 3ème triathlon auquel je participais, mais le premier en eau libre.

La partie dans laquelle ils se sont sentis LE PLUS à l’aise (entre natation, vélo, course) ?

Charles : Je pensais que la course serait la partie la plus difficile, et au final, c’est là où j’étais le plus relax. C’est en course à pied que j’avais le plus d’ « expérience » et où j’avais le plus de repère.

Julien Lahou

Julien Lahou

Julien : C'était clairement en course à pied grâce à mes quatre années d'athlé. En descendant du vélo, j'ai su accélérer pour rattraper une cinquantaine de concurrents, c'était motivant pour le finish!

Remi : Pour ce triathlon c’est lors de la partie course que j’ai le plus pris mon pied (ahah jeu de mot facile je sais ). Les deux épreuves qui précèdent la course me permettent de trouver rapidement ma vitesse de  croisière en RUN. Je me suis donc senti bien durant toute la course. C’est aussi dans cette partie qu’on se sent le plus soutenu par les spectateurs, c’est ce qui la rend plus “facile”.  

La partie dans laquelle ils se sont sentis LE MOINS à l’aise (entre natation, vélo, course) ?

Charles : La nage en eau libre est un effort très particulier. Le départ à 500 en même temps rend la chose encore plus difficile. J’ai eu beaucoup de mal sur la nage et je n’ai jamais retrouvé les sensations que je retrouve en piscine. Ne pas avoir de repère sur l’endroit où je me situais, la vitesse de déplacement et l’oppressement des concurrents m’a vite fait angoissé.

Julien : Les 20km de vélo m'ont posé un gros problème... Je n'en fais jamais jamais, je suis sorti de l'eau en 56è position (sur +/- 500) et à partir de ce moment, je n'ai fait que me faire dépasser dans tous les sens. Alors la montée de la Citadelle d'entrée de jeu, n'a rien arrangé.

Remi Weymers

Remi Weymers

Remi : L’effort en natation est un peu paradoxal, c’est dans cette partie que j’étais le plus excité et que j’ai pris le plus de plaisir. L’ambiance “bagarre” au départ, le fait de nager en ligne droite sur 700m , ne pas voir le fond et surtout nager au milieu de plein de gens, m’ont vraiment sorti des mes habitudes et c’est ce qui fait que j’ai apprécié le moment. Par contre, c’était l’effort le moins agréable musculairement, j’ai rapidement eu les épaules qui brûlaient et je n’ai pas pu retrouver cette sensation de glisse que j’ai normalement en bassin.

Le plus dur dans ce triathlon ?

Charles : Clairement la gestion du stress sur le départ dans l’eau bien plus que la nage en elle-même.

Julien : C'était de garder le moral sur le vélo alors que ça n'avançait pas et que j'avais fait une bonne partie natation (que je redoutais aussi car je n'avais jamais nagé en eau libre).

Remi : Je dirais que ce qui a été le plus dur physiquement, c’est la nage, mais techniquement c’était les transitions (le passage de l’eau au vélo et du vélo à la course). J’étais un peu perdu dans le parc à vélo, j’ai mis un peu de temps à retirer ma combi en sortant de l’eau et je devais réfléchir à ce que je devais faire et ne pas faire pour ne pas avoir de pénalité.

Photo @ Triathlon Namur 2019

Photo @ Triathlon Namur 2019

D’autres triathlons prévus ?

Charles : Je compte en refaire, car c’est vraiment fun et très différent de la façon dont je m’entraine habituellement.

Julien : Pas pour l'instant, je préfère utiliser mon énergie dans ma progra CrossFit en vue des prochaines compètes. Pourquoi pas refaire celui-là l'année prochaine...

Remi : J’aimerais participer au triathlon de Huy le 7/09.

Un conseil à quelqu’un qui souhaite faire un triathlon ?

Charles :

  • Je pense qu’il ne faut pas se mettre de pression performance sur un premier triathlon, il faut se lancer, prendre du plaisir, et le voir comme un entrainement de plus.

  • Être organisé avant le triathlon pour avoir tout ce qu’il faut pour être bien le jour J. Matériel adéquat, petites « collations »/boissons sur le vélo,… Il y a beaucoup de choses auxquelles penser avant le départ. Ca rendra la chose plus simple si tout est déjà planifié.

  • Avoir été nager en eau libre quelques fois auparavant si le triathlon se fait en eau libre.

Julien :

  • S'entraîner avec une fatigue musculaire pour pouvoir réussir les transitions et ne pas être surpris le Jour J. Comme par exemple, aller faire une séance vélo puis enchaîner avec un petit footing même léger ou encore aller faire une séance natation en vélo. Habituer les muscles à enchaîner deux efforts différents.

  • Faire un repérage du parcours, surtout en vélo et en course à pied. Savoir où accélérer, où se reposer peut vous faire gagner de précieuses minutes parce que dans l'effort ça peut nous paraître interminable.

Remi : Commencez d’abord par un triathlon“Sprint”, il est composé de courtes distances et c’est ce qui le rend accessible par rapport aux autres triathlons qui demandent une préparation physique générale et spécifique plus importante. Ensuite, je conseillerais de commencer par un ⅛ de triathlon en bassin, ça permet aux novices en natation de se raccrocher à un milieu connu et de ne pas débarquer en eau libre sans aucune expérience. 





Clara Massart au Belgian Throwdown 2019

68396581_2658781097479182_5296273525890351104_n.jpg

Ce week-end, Clara Massart participait au Belgian Throwdown, et c’était sa première participation à une telle compétition. A 20 ans, elle concourrait parmi les 16-20 ans, et nous parle de cette première expérience !

Je m’appelle Clara, j’ai 20 ans. Je fais du CrossFit depuis mai 2015, 4 ans déjà ! J’ai découvert le CrossFit grâce à ma sœur, qui pratiquait ce sport depuis 1 an. Elle m’a proposé de la rejoindre pour un wod découverte et j’ai plutôt apprécié, même si j’ai eu mal partout pendant quelques jours .

J’ai attendu que la section Teen ouvre et je m’y suis inscrite, à 15 ans, j’ai ensuite rapidement intégré les cours adultes.

Concernant les autres sports pratiqués, j’ai essentiellement fait de l’équitation depuis mes 6 ans, j’ai arrêté en commençant le CrossFit. J’ai un peu touché à tout mais rien qui me plaisait vraiment... (danse, tennis, judo, gymnastique,...)

Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire au Belgian Throwdown ?

J’ai toujours rêvé de participer à une compétition officielle. J’ai vu qu’ils avaient une catégorie teen ouverte aux 16-20 ans, ce qui me correspondait parfaitement !

67904331_2899828970043635_3089640241124868096_n.jpg

Quel a été le WOD le plus dur ?

Certainement le premier wod...

3 rounds :

  • 850m bike erg (sans selle !!)

  • 400m run

  • 15 ground-to-shoulders with D-ball (30kg)

Ce wod était vraiment éprouvant au niveau cardio... avec le bike erg sans selle, j’ai directement eu les cuisses congestionnées ! Ce qui ne rendait pas le run facile...

C’est sur ce premier wod que j’ai remarqué que ce n’était plus un entraînement pour s’amuser, que j’étais vraiment en compétition et que j’étais là pour me donner à fond !

Sur quel WOD t’es-tu sentie le mieux ?

Sur le dernier wod,

3 rounds :

  • 66m swim

  • 10 Get out the pool (sortir de l’eau et faire une extension complète avant de sauter dans l’eau)

Je me suis sentie super bien dans l’eau, c’est le wod dans lequel je me suis le plus amusée !

67807872_2887164074634200_8632985432914657280_n.jpg

Que retires-tu de cette première expérience en compétition ?

Je retiens que je peux vraiment m’améliorer en tout. J’ai des lacunes en mouvement de gymnastique et il faudrait que je les travaille !

Je me suis rendue compte que les autres filles étaient là pour gagner et qu’il fallait se battre pour obtenir une place !

As-tu prévu d’autres compétitions ?

Oui ! J’ai prévu une compétition avec ma partenaire Charlotte Troyckens, nous nous sommes qualifiées aux Infinity Games en team !

J’ai aussi une compétition prévue pour septembre en team Rx avec MathouCross et Julien Lahou qui se déroulera à Lille.

Je ferai très certainement aussi la phase des Opens en octobre.

Qu’une seule hâte, c’est d’y être !

Merci !


Photos 2 & 3 : Ben Coche

Belle success-story ! Le parcours de Scott en 2 ans. Bravo à lui !

66996666_1067824636742181_7416485471590547456_n.jpg

Une transformation impressionnante !! En 2 ans, grâce à l’entraînement et à une meilleure alimentation, Scott a perdu 20 kg et a transformé complètement son physique ! Dans cette interview, il nous explique son parcours…

Comment as-tu découvert le CrossFit ?

53721428_3107256259300566_6488084743886733312_n.jpg

Scott : J’ai découvert le Crossfit via Netflix ! J’étais tombé par hasard sur le documentaire des Crossfit Games 2015 (celui ou Fraser est arrivé encore deuxième 😢 ) et j’ai tout de suite accroché ! J’ai toujours été attiré par les épreuves de force. N’ayant plus d’activité physique depuis 2 ans, cela m’a motivé de trouver quelque chose qui me correspondait. Je ne recherchais rien de particulier à l’époque, juste quelque chose à regarder durant mon après-midi !

Et tu avais pratiqué d’autres sports auparavant ?

Jusqu’à mes 18 ans, j’ai pratiqué de la danse, plusieurs heures semaine. C’était ma passion durant presque 10 ans. J’ai aussi fait pas mal de spéléologie ou encore d’escalade dans un club. Je n’ai plus rien fait de mes 19 ans à mes 21 ans avant de découvrir le Crossfit.

A quoi ressemble une de tes semaines au niveau sportif ?

Étant indépendant de profession, mes horaires varient chaque semaine. Ce n’est donc pas facile d’avoir un entraînement régulier. Ces derniers temps, j’essaie de m’entraîner 6 jours semaine au CFN, et je prend un Rest-day le dimanche en général. Après, j’essaie d’écouter un maximum mon corps et je m’aligne en fonction. J’inclus 3-4 sessions plus posées et longues à la maison dans mon petit garage gym !

54367124_821978634820780_5233314742759587840_n.jpg

De quel matos disposes-tu à domicile ? Quels sont les avantages de pouvoir s’entraîner chez soi ? 

J’aime beaucoup m’entraîner chez moi car cela me permet de bosser l’aspect mental des Wods ainsi que ma discipline, c’est-à-dire arriver à me bouger les fesses pour aller me dépenser dans le garage. Sur 2 ans, depuis que je fais du CrossFit, j’alloue un certain budget au matos, ce qui fait que j’ai pu me constituer petit à petit une mini box à la maison. Rack, barre, plates, Dumbbells, Kettlebells, Box, Sandbags, Sled, Pneu, Etc. S’entraîner chez soi, permet entre autre de pouvoir woder en fonction de son planning, de ses envies ou de son état de fatigue aussi. C’est aussi pouvoir bosser sur ses faiblesses si on a pas le temps d’aller en Open Gym ou encore au Wod ! Tester des wods vus sur le net, faire des wods entre amis ( très intéressant pour se tester et passer un bon moment entre potes ! ). Pour le plus grand bonheur de mes parents, je ne cesse de m’étendre de plus en plus ahah !

Et au niveau alimentation, qu’as-tu changé pour arriver à perdre 20 kg ?

A mes débuts dans le Crossfit, je pesais un peu plus de 105kg pour une taille d’1m72. Autrement dit, j’étais en sur-poids ! Ce qui m’a drastiquement aidé à perdre du poids, c’est de ne plus boire autant de Soda. Je pouvais vider 2L de Schweppes agrume sur la journée, sans compter le coca. Je mangeais réellement n’importe comment en dehors des repas familiaux. Bonbons, chips, tout y passait. J’ai aussi diminué les quantités, mes potes étaient toujours étonnés de ce que je pouvais ingérer et à quelle vitesse. Une fois revenu à une alimentation « normale », couplée à une activité physique, les effets commençaient à se voir. Je suis descendu jusque 78kg avant de remonter à 85kg actuellement. Le travail continue et je cherche toujours de nouvelles choses à tester/intégrer dans mon alimentation !

Que manges-tu durant une journée-type ?

Déjeuner: Œufs, Bacon et myrtilles ( ou autres fruits rouges ) ou encore pancakes avec chocolat protéiné et fruits rouges. Accompagné d’un jus d’orange pressé maison !

Midi: je me fais une petite salade du genre saumon, fêta, concombre, tomate ou encore avec du rosbeef. Cela dépend mon humeur et de ce que j’ai dans le frigo !

Soir: Je n’ai pas de plat défini, je mange en famille et je ne souhaite pas imposer de régime particulier à la maison. Nous cuisinons des plats équilibrés, je propose parfois des recettes un peu plus Paléo.

54256273_819188728433104_2454363197352706048_n.jpg

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui souhaiterait également perdre du poids ? 

Je dirais de ne pas trop se prendre la tête, de ne pas en faire une obsession totale. Pouvoir manger une fois par semaine quelque chose qui me plaisait vraiment ( mitraillettes double hamburger mayonnaise sans crudités ), m’a aidé à garder le cap. Trouver une activité physique que vous aimez, voire qui vous passionne aide à allier perte de poids et amusement, voire développement de soi-même ! Je me suis redécouvert grâce au CrossFit et sa communauté ! Et surtout celle du CFN 😉

A propos de développement de soi, l’entrepreneuriat t’intéresse également. Peux-tu présenter le projet « Born To Bear » ?

62062318_451406045671522_3622404601749176320_n.jpg

Le projet Born to Bear est né en plein milieu de la nuit, étant un accro du CrossFit et un amoureux inconditionnel des ours, j’ai voulu créer un projet qui rassemble le tout. Avec ma petite équipe, nous avons dessiné des designs reprenant ours, pneus et marteaux ( Mes exercices favoris en Fitness ) et avons placé cela sur des t-shirts. Un Patch a été également créé pour placer sur des sacs ou encore des gilets lestés. La vente de ces t-shirts et accessoires se fait par vague. La première étant clôturée, la suivante arrive très bientôt avec de nouvelles idées et couleurs ! C’est un projet qui me tient très à cœur, et c’est pour cela que j’ai décidé de reverser tous les bénéfices de la vente à l’Asbl « l’Arche » à Bousval, afin de soutenir leur cause et plus précisément, pouvoir venir en aide aux deux ours qui sont actuellement logés et nourris par cette Asbl ! Ils sont magnifiques ! Plus d’infos sur www.borntobear.com !

Merci Scott et félicitations à toi !!

Merci à toi Yves de m’avoir laissé quelques lignes pour parler de mon parcours ! Crossfit Nivelles y est pour beaucoup grâce aux wods donnés par de supers coachs et les conseils qui suivent ! Le travail continue 😉

26220140_2243654858994048_974268726419247525_n.jpg

Photos 1, 2, 5 et 6 : Scott Dubus

Photos 3 et 4 : Ben Coche

Julien Lahou nous parle de sa participation au Arena Throwdown (Amsterdam)

59454009_2787286627955242_6750435506833588224_n.jpg

Le dimanche 30 juin, Julien Lahou participait au Arena Throwdown, dans le très beau stade Johan Cruijff d’Amsterdam !

Julien a 23 ans et va entamer un master en journalisme à Louvain-la-Neuve. Il fait du CrossFit depuis 6 mois à CrossFit Nivelles. Nous lui avons posé quelques questions sur son parcours dans le sport et sur sa participation à cette première compétition internationale…

Julien : “Avant le CrossFit, j'ai pratiqué l'athlétisme (en demi-fond), la natation ainsi que de la musculation mais moins sérieusement. J'ai également fait toutes mes humanités en option sport.

Après avoir touché à un peu tous les sports, le CrossFit est donc le parfait compromis étant donné qu'il rassemble plusieurs disciplines.”

Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire au Arena Throwdown ?

“En pratiquant la musculation ces deux dernières années, je n'ai effectué aucune compétition car ce n'était pas mon but à travers ce sport... Je me suis donc inscris à l'Arena Throwdown pour retrouver le goût de la compétition et ressentir l'adrénaline, présente nulle part ailleurs.”

65855495_366770400583810_2979725976411308032_n.jpg

Quel a été le WOD le plus dur ?

“Nous avions quatre WOD à présenter en six heures. Le plus dur a donc été le dernier avec toute la fatigue de la journée dans les jambes.

C'était 1500 mètres de Bike Erg suivi de 1000 mètres de Ski Erg. En plus de ça, ce sont deux machines que je n'utilise jamais... une horreur !”

Sur quel WOD t’es-tu senti le mieux ?

“Sur le premier WOD de la journée. C'était un strongman qui consistait à déplacer quatre sacs de sable (de 25 à 55 kg) sur une distance de 20 mètres. Il fallait répéter l'opération sur quatre rounds (soit 640 mètres au total à parcourir).

Avec mon passé de coureur et les séances de force coachées par Charles, je me suis senti assez à l'aise pour boucler l'épreuve en 3'30".”

Que retires-tu de cette première expérience en compétition ?

“Je n'en retire que du positif ! Mon but premier était de prendre du plaisir et de donner le meilleur de moi : choses faites ! A partir de ce moment, qu'importe le classement... il suivra avec l'entraînement et l'expérience.

66247121_365690894025094_4655105934471725056_n.jpg

As-tu prévu d’autres compétitions ?

“Les Infinity Games à Mons fin octobre sont déjà bookées et peut-être les Blackland's Throwdown au Spirou Dôme. D'ici là, j'espère trouver une ou deux compétitions un peu plus locales histoire de réévaluer mon niveau.”

Merci !


Classements :

65846243_2830504930324123_876864689269637120_n.jpg
  • Maxime Mostosi est 31ème, en Elite Senior

  • James Boudin est 34ème, en Elite Senior

  • Julien Lahou est 109ème, en Advanced Senior


Photo de couverture : Ben Coche

Comment s’entraîner en vacances ? Le guide de CrossFit Nivelles

Visuel workout vacation.jpg

Et voici la période des vacances qui débute ! Vous êtes nombreux et nombreuses à vous demander comment continuer à vous entraîner durant les vacances en partant à l’étranger, ou en tout cas en partant loin de la salle…

L’immense avantage du CrossFit, c’est qu’on peut le pratiquer sans beaucoup de matériel, quelles que soient les conditions : à la plage, en montagne, à l’hôtel, au bord de la piscine, etc…

Et ne voyez pas cet entraînement de vacances comme quelque chose de moins bon, comme une manière de “limiter la casse“. Au contraire, avec un peu de créativité, cette modification de vos conditions d’entraînement peut être extrêmement bénéfique !

Alors, que faire lorsqu’on est parti en vacances ? Téléchargez ce document, conçu par Yves Patte, qui devrait vous inspirer de bons wods de vacances ? ;-)

Charles Glorieux nous parle du Séminaire Weightlifting 101 (22-23 juin 2019)

64858106_884369025248407_7228674102288973824_n.jpg

Les 22 et 23 mai, nous avions la chance d’accueillir un séminaire Weightlifting 101, donné par Erik Lau Kelner, fondateur de la méthode.

Mais en quoi consistait ce séminaire ? Qu’en ont appris nos coachs qui y participaient ? Charles Glorieux, head coach de CrossFit Nivelles, nous explique…

Le week-end séminaire avec Erik consistait à 2 jours de pratique autour de l’haltérophile en tant que Crossfiteur.

Nous nous sommes entraînés sur le snatch, le back squat, le power clean et le barbell cycling. (Et le down and up Haha. Véridique) .

C’était vraiment chouette de pouvoir s’entraîner avec les athlètes venus d’autres salles.


En tant qu’athlète, qu’as-tu appris lors de ce séminaire, qui te sera utile pour progresser ?

C’est la deuxième fois que je m’entraîne avec Erik. La première fois était il y a deux ans lors d’un camp (4 jours).

J’en ressors avec les mêmes idées. Il n’y a pas de raccourci. Il faut s’entraîner dur et sérieusement si l’on veut continuer à progresser. Même si une personne peut nous guider dans l’entraînement, c’est à nous à réaliser le nécessaire pour progresser.

64885997_884372238581419_6584766154231775232_n.jpg



En tant que coach maintenant, qu’as-tu appris lors de ce séminaire ? Y a-t-il des choses que tu vas intégrer dans la programmation de la salle ?

Un élément technique par série. S’il y a 5 éléments techniques, il y aura 5 séries pour les assimiler et les mettre ensemble petit à petit. La contrainte temps me pousse parfois à donner trop d’informations en même temps. Il faut continuer à mettre l’accent sur les bases, même pour progresser dans des mouvements spécifiques comme le snatch. Cela passe par la répétition du mouvement ainsi que dans sa compréhension.

Pour moi il est très important que les athlètes comprennent pourquoi ils réalisent un exercice d’une certaine manière plutôt que d’une autre. Il y a des « règles » à suivre mais tout le monde ne doit pas faire la même chose. Et je pense que tout le monde peut le comprendre si l’on prend le temps de l’expliquer.



65030192_884371448581498_7089511801779388416_n.jpg

En quoi se distingue la méthode / le coaching de Erik par rapport à d’autres méthodes ?

Erik aime travailler avec sérieux. On aime s’entraîner mais l’entraînement n’est pas le moment pour « jouer ». Il y a d’autres moments prévus pour ça. Si on merde par manque de concentration, tout le monde en paie le prix. Il veut qu’on tire le maximum de chaque exercice, chaque répétition.

Vu comme ça, je suis d’accord que ça peut paraître très militaire et très peu fun. Mais la concentration amenée durant le week-end nous permet de progresser et de ressentir des choses que l’on peut ressentir uniquement lorsque l’on est à 100%. Ces mêmes choses nous font progresser, et c’est la que ce trouve le « fun ».



Merci !


Photos : Ben Coche

Matthieu Montès nous raconte sa participation au Lowlands Throwdown 2019

61301644_2162023570514015_5860400579523641344_n.jpg

Cette année, Matthieu Montès, coach SCOPE-Athlete & CrossFit Nivelles, participait au Lowlands Throwdown. Ce n’est pas sa première participation à cette compétition (il l’a remporté en Masters 35-39 en 2017). En fait, c’est même sa 6ème participation ! Mais ce qui était nouveau, cette année, c’est que le Lowlands Throwdown fait maintenant partie des événements “sanctionnés” par CrossFit, c’est-à-dire qu’au Lowlands Throwdown, on peut maintenant se qualifier pour les CrossFit Games !

Est-ce que cela a changé quelque chose ? Le niveau était-il plus élevé qu’auparavant ? Les épreuves étaient-elles différentes ? C’est ce que nous avons demandé à Matthieu…

Matthieu : "Le Lowlands Throwdown a, dès sa première édition, été influencé par l’organisation des CrossFit Regionals. Le Staff ou les juges ont souvent fait partie des plus grosses compétitions de CrossFit. L’évolution du Lowlands Throwdown a été régulière sur les dernières éditions, cette évolution a été naturelle malgré le changement de “Branding”.

Les 2 seules véritables différences se situent au niveau du caractère “international” des participants et sur le fait que la compétition accueille désormais des équipes.

Un changement un peu plus subtil concerne l’originalité des épreuves, le Lowlands Throwdown avait l’audace d’”expérimenter” de nouveaux mouvements. Je me demande si le planning avancé de l’édition 2019 et le passage au nom “CrossFit” n’a pas limité cette audace pour cette édition.”

65260858_408599329729041_5736759165540368384_n.jpg

Toi qui as l’habitude de programmer, quel a été ton point de vue sur les épreuves programmées cette année ?

Matthieu : “Le planning a été un peu spécial cette année. Pour tous les participants, chaque journée contenait 2 épreuves, espacées de 2 heures. A titre personnel, je commençais à 9:00 et j’avais terminé ma journée à 11:00. Il était difficile d’enchaîner facilement 2 épreuves, souvent très différentes.

Au sujet des épreuves, la Force des compétiteurs a été clairement mise en avant cette année au détriment de la qualité technique. Mais c’est souvent la direction choisie pour les plus grosses compétitions de CrossFit.”

Quelle épreuve a été la plus difficile pour toi ? Et pourquoi ?

Matthieu : “Les Dumbbell Snatches One Arm à 45kg m’ont mis en difficulté par rapport aux autres concurrents, mais je suis très satisfait de mon résultat. Je n’avais jamais fait de Snatch à un bras avec cette charge et j’ai réussi à en faire 30 répétitions.

Epreuve 3 :

  • 1500m/1000m de Concept2 Bike

  • 10 Dumbbell Snatches Alternated 45/30kg

  • 10 Burpee Box Jump Overs 75/60cm

  • 10 Dumbbell Snatches Alternated 45/30kg

  • 10 Burpee Box Jump Overs 75/60cm

  • 10 Dumbbell Snatches Alternated 45/30kg

  • 10 Burpee Box Jump Overs 75/60cm”

A l’inverse, dans quelle épreuve t’es-tu le mieux senti ?

Matthieu : “La plupart des épreuves faisaient la part belle aux athlètes forts mais l’épreuve Gymnastique/Thrusters mettait en valeur les athlètes qui savent bouger et qui savent gérer leur effort. Ce n’était pas l’épreuve la plus agréable mais c’est bien celle où j’ai réussi à me débrouiller. Mon entraînement a fait ses preuves et même si je ne suis pas le plus fort, le travail de mobilité et d’adaptation que je fais depuis plusieurs mois est pour beaucoup dans ce résultat. La programmation du SCOPE est très clairement pensée en ce sens.

Epreuves 4 & 5 :

12-9-6

  • Thrusters 55/40kg

  • Bar Muscle-ups

Time Cap : 4:00

2 minutes de repos

21-15-9

  • Thrusters 35/25kg

  • Chest-to-Bar Pull-ups

Time Cap : 4:00”

64609241_2776761355731088_6054408375452565504_n.jpg

Y a-t-il un ou une athlète qui t’a particulièrement impressionné durant cette compétition ?

Matthieu : “Pour être tout à fait honnête, le niveau global est maintenant très élevé et homogène. Si l’on couple cela à la grande variété des épreuves et des qualités requises, il n’y a plus d’individualité qui surpasse toutes les autres.

Mais il était très intéressant de voir des athlètes qui ont participé aux Regionals et aux Games.”

Merci ! ;-)


Matthieu termine 6ème en Masters 35-39 ans. Voir le leaderboard…


Découvrez la programmation SCOPE Athlete ici : https://scope-athlete.com/

S’entraîner sous de fortes chaleurs ? Quelques recommandations !

17498487_416593212025993_8356079738100989505_n.jpg

Ca ne vous aura pas échappé qu’il fait fort chaud actuellement. Quelques recommandations lorsqu’on s’entraîne à cette chaleur :

1. Bien s’hydrater, sans se sur-hydrater. Votre corps est un organisme qui a été capable, durant des millions d’années, de gérer son hydratation. Notre cerveau sonde constamment notre niveau de sodium dans le sang, et nous en informe. Ecoutons-le. Si vous avez soif, buvez. Avant, pendant, après l’entraînement.

2. Nous pouvons réguler notre température grâce à notre respiration (en partie), mais surtout grâce à notre peau. La sudation est un mécanisme complexe qui permet de mettre de l’eau sur notre peau, et par là de profiter du moindre mouvement d’air pour se rafraichir. Quand vous avez trop chaud, n’hésitez pas à vous asperger d’eau.

3. Si vous ne suez pas, c’est mauvais signe. C’est un signe de coup de chaleur (« heat stroke »), ce qui peut être très grave. Les autres signes sont : un rythme cardiaque très élevé, une respiration rapide, une confusion mentale, des nausées. Arrêtez-vous immédiatement, mettez-vous à l’ombre, demandez à quelqu’un de vous asperger d’eau, et d’appeler les urgences. Rappelez-vous d’Annie Thorisdottir au « Murph » des Games en 2015…

59972051_851609088524401_5152437965955268608_n.jpg

4. Pour reconstituer les électrolytes perdus avec la sueur, l’eau de coco est un excellent choix naturel : 13 fois plus riche en potassium que le Gatorade, et 2 fois plus riche en sodium. De plus, elle présente un très bon équilibre entre ces 2 électrolytes.

5. A savoir : le maximum de rayonnement solaire a lieu vers 14h, mais avec l’inertie thermique de la Terre, c’est vers 16h qu’il fait le plus chaud. La plupart des salles CrossFit proposent des wods tôt le matin, et d’autres qui terminent tard le soir. Peut-être est-il temps de tester ce fameux « WOD de 7h00 » ? ;-)

6. Concevez plutôt ces moments de fortes chaleurs comme des entrainements hors de votre zone de confort, hors de vos habitudes. Ce n’est peut-être pas ces jours-ci que vous allez battre votre temps sur « Fran », votre nombre de rounds sur « Cindy » ou votre 5RM Back squat… Mais ce n’est pas grave, il y a assez de jours où il fait nettement moins chaud sur l’année (surtout en Belgique !) :-)

Conclusion : Soyez à l’écoute de votre corps. Si vous ne le sentez pas, si vous sentez que vous devez ralentir, boire un peu, vous rafraîchir, voire vous arrêter : faites-le ! #BeSafe


En suppléments, voici 3 articles sur la question de l’hydratation, publiés par notre coach en nutrition, Yves Patte, dans la revue Néo Santé :

  • “Comment s’hydrater ?” : quelle quantité ? faut-il croire les vendeurs d’eau en bouteille ? la soif comme meilleur guide… https://goo.gl/U8bNY3

  • “L’hydratation des sportifs” : les dangers de boire “trop”, l’hyponamétrie, boire à sa soif dans l’effort et le mythe des “boissons sportives”… https://goo.gl/pt5u1f

  • “Que boire après l’effort ?” : l’eau de coco, les crampes après l’effort et les types d’eau… https://goo.gl/QZ8RJD


22 - 23 juin : Séminaire Weightlifting 101 à CrossFit Nivelles

wl101-1.png

Les 22 et 23 juin, CrossFit Nivelles accueillera un Séminaire Weightlifting 101, donné par Erik Lau Kelner, fondateur de la méthode.

Ce séminaire représente une opportunité de mettre en pratique l’haltérophilie au sein même du CrossFit.

Le Snatch, le Clean and Jerk et le Barbell cycling seront abordés durant le weekend.

L’accent sera mis sur les bases à maitriser dans chaque mouvement ce qui permettra d’atteindre le niveau supérieur.

Ce workshop est ouvert à toutes personnes répondant aux critères suivants :

  • avoir une bonne compréhension de l’anglais

  • être sans blessures

  • Snatch 50 kg / Clean & Jerk 70 kg

  • avoir une attitude positive, un véritable intérêt pour l'apprentissage et la volonté de travailler dur.

Visuel Charles 101.jpg


Même Si Erik s’est occupé de pas mal d’athlètes (Sara Sigmundsdottir, Bjorgvin Karl Gudmundsson, Annie Thorisdottir, Phil Hesketh,…), il n’est pas nécessaire d’avoir des performances élevées pour participer au workshop. Par contre, il souhaite que tous les participants fassent les choses avec sérieux.

Il guidera sur les points techniques auxquels penser et il installera l’ambiance pour que ça se fasse au mieux. L’important est donc l’attitude plutôt que les performances.

➡️ Sa structure : 2 sessions différentes le samedi, 2 le dimanche.

➡️ L’horaire : de 9h00 à 18h00.

➡️ Le nombre de participants : 12

➡️ Le prix : 350€

➡️ L’inscription : par mail à info@weightlifting101.co

Infos : https://weightlifting101.co/events/weekend-seminars/

Photo Ben Coche - Photography & Design

Le 1er mai, CrossFit Nivelles vous invite à son OPEN DAY !

32087119_608433736175272_1815211070877335552_o.jpg

L'Open Day à CrossFit Nivelles, c'est presque devenu une tradition : le 1er mai, nous ouvrons nos portes à tous les membres (et futurs membres) de la communauté CrossFit ! 

Les Wods sont ouverts à tout le monde (avec réservation), il y a de la musique, à boire, à manger, et quelques surprises supplémentaires... ;-)

32105403_608439126174733_388129584584851456_o.jpg

Et cette année, nous sommes très heureux de pouvoir vous montrer les agrandissements de la salle ! CrossFit Nivelles s’est effectivement agrandie de 1300 m2 !

Tous les cours de notre grille-horaire habituelle sont représentés : les Wods traditionnels, Gym, Force, Weightlifting, Metabolic Conditioning.

Et il y aura également des Wods Teens et Kids , ainsi que des séances "Découverte". Peut-être l'occasion pour vous d'inviter un ami ou une amie à venir essayer le CrossFit à CrossFit Nivelles ! ;)

Deux nouveautés également :

  • Un WOD réservé aux coachs et aux gérants de salles CrossFit !

  • Un WOD Parents-enfants pour partager un bon moment en famille !

26231882_546938655658114_5219796475101865155_o.jpg

TOURNOI DE DODGEBALL

Vu le succès de l’édition précédente, nous réorganisons le Tournoi de Dodgeball !!

Chaque équipe fera au minimum 3 matchs (en phase de poule) et les qualifiés feront des matchs de 1/4 de finale, de 1/2 finale et de finale au fur et à mesure qu'ils gagneront ! Inscription via le formulaire ci-dessous (12€/équipe) !! 

Et cette année, vous aurez à affronter des équipes de Teens (14+) qui seront hyper chauds de canarder des vieux !! :-D

31964142_608425249509454_7611751362224717824_o.jpg

La journée se terminera vers 19:00, avec un grand barbecue.... et un Drinking & Stinking, #CFN Style !! ;-)

 

HORAIRE DE LA JOURNÉE : 

  • 10:00 : Salle 1 : WOD / Salle 2 : Conditioning / Salle 3 : Kids 8-10

  • 11:15 : Salle 1 : WOD / Salle 2 : Gym / Salle 3 : Découverte

  • 13:15 : Salle 1 : Trainers WOD / Salle 2 : Haltéro / Salle 3 : Teens 11-13

  • 14:45 : Salle 1 : WOD Parents-Enfants / Salle 2 : Gym / Salle 3 : Strongman

  • 16:15 : Salle 1 : WOD / Salle 2 : Découverte / Salle 3 : Haltéro / Salle 4 : Teens 14+

  • 17:45 : Salle 1 : Conditioning / Salle 2 : Strength / Salle 3 : Team WOD

 

COMMENT S'INSCRIRE AUX DIFFÉRENTS COURS DE LA JOURNÉE ? 

Vous êtes membre de CrossFit Nivelles ? => Via Club Planner

Vous n'êtes pas membre de CrossFit Nivelles ? => Via le formulaire ci-dessous !

ATTENTION : ON NE PEUT S’INSCRIRE QU’À UN SEUL WOD !! (si vous êtes inscrits à 2 wods, nous serons obligés de supprimer une des 2 inscriptions, pour laisser de la place à tout le monde. Merci !) ;)

 

INFORMATIONS SUR LE TOURNOI DE DODGEBALL : 

  • Equipes de 4 athlètes (mixtes ou non)

  • une rencontre = 3 manches de 3 minutes

  • Prix : 12€/équipe

  • Début du Tournoi à 11:15

  • Fin du Tournoi à 18:30

  • 12 équipes

 

COMMENT S'INSCRIRE AU TOURNOI DE DODGEBALL ? 

Que vous soyez membre de CrossFit Nivelles ou pas, c'est via le formulaire ci-dessous !


Inscription aux WODS