(Auto) Focus sur Ben Coche : photographe "CrossFit"

A CrossFit Nivelles, vous le connaissez certainement. Hors de CrossFit Nivelles, vous l’avez peut-être croisé lors de compétitions. Peut-être est-ce lui qui a pris votre photo de profil ? Ben Coche est athlète CrossFit et photographe. Dans cet interview, il nous explique comment il s’est mis à la photo CrossFit, et comment s’est passée son expérience de photographe aux Aphrodite Games, à Chypre !

Julien Lahou nous parle de sa participation au Arena Throwdown (Amsterdam)

59454009_2787286627955242_6750435506833588224_n.jpg

Le dimanche 30 juin, Julien Lahou participait au Arena Throwdown, dans le très beau stade Johan Cruijff d’Amsterdam !

Julien a 23 ans et va entamer un master en journalisme à Louvain-la-Neuve. Il fait du CrossFit depuis 6 mois à CrossFit Nivelles. Nous lui avons posé quelques questions sur son parcours dans le sport et sur sa participation à cette première compétition internationale…

Julien : “Avant le CrossFit, j'ai pratiqué l'athlétisme (en demi-fond), la natation ainsi que de la musculation mais moins sérieusement. J'ai également fait toutes mes humanités en option sport.

Après avoir touché à un peu tous les sports, le CrossFit est donc le parfait compromis étant donné qu'il rassemble plusieurs disciplines.”

Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire au Arena Throwdown ?

“En pratiquant la musculation ces deux dernières années, je n'ai effectué aucune compétition car ce n'était pas mon but à travers ce sport... Je me suis donc inscris à l'Arena Throwdown pour retrouver le goût de la compétition et ressentir l'adrénaline, présente nulle part ailleurs.”

65855495_366770400583810_2979725976411308032_n.jpg

Quel a été le WOD le plus dur ?

“Nous avions quatre WOD à présenter en six heures. Le plus dur a donc été le dernier avec toute la fatigue de la journée dans les jambes.

C'était 1500 mètres de Bike Erg suivi de 1000 mètres de Ski Erg. En plus de ça, ce sont deux machines que je n'utilise jamais... une horreur !”

Sur quel WOD t’es-tu senti le mieux ?

“Sur le premier WOD de la journée. C'était un strongman qui consistait à déplacer quatre sacs de sable (de 25 à 55 kg) sur une distance de 20 mètres. Il fallait répéter l'opération sur quatre rounds (soit 640 mètres au total à parcourir).

Avec mon passé de coureur et les séances de force coachées par Charles, je me suis senti assez à l'aise pour boucler l'épreuve en 3'30".”

Que retires-tu de cette première expérience en compétition ?

“Je n'en retire que du positif ! Mon but premier était de prendre du plaisir et de donner le meilleur de moi : choses faites ! A partir de ce moment, qu'importe le classement... il suivra avec l'entraînement et l'expérience.

66247121_365690894025094_4655105934471725056_n.jpg

As-tu prévu d’autres compétitions ?

“Les Infinity Games à Mons fin octobre sont déjà bookées et peut-être les Blackland's Throwdown au Spirou Dôme. D'ici là, j'espère trouver une ou deux compétitions un peu plus locales histoire de réévaluer mon niveau.”

Merci !


Classements :

65846243_2830504930324123_876864689269637120_n.jpg
  • Maxime Mostosi est 31ème, en Elite Senior

  • James Boudin est 34ème, en Elite Senior

  • Julien Lahou est 109ème, en Advanced Senior


Photo de couverture : Ben Coche

Comment s’entraîner en vacances ? Le guide de CrossFit Nivelles

Visuel workout vacation.jpg

Et voici la période des vacances qui débute ! Vous êtes nombreux et nombreuses à vous demander comment continuer à vous entraîner durant les vacances en partant à l’étranger, ou en tout cas en partant loin de la salle…

L’immense avantage du CrossFit, c’est qu’on peut le pratiquer sans beaucoup de matériel, quelles que soient les conditions : à la plage, en montagne, à l’hôtel, au bord de la piscine, etc…

Et ne voyez pas cet entraînement de vacances comme quelque chose de moins bon, comme une manière de “limiter la casse“. Au contraire, avec un peu de créativité, cette modification de vos conditions d’entraînement peut être extrêmement bénéfique !

Alors, que faire lorsqu’on est parti en vacances ? Téléchargez ce document, conçu par Yves Patte, qui devrait vous inspirer de bons wods de vacances ? ;-)

Charles Glorieux nous parle du Séminaire Weightlifting 101 (22-23 juin 2019)

64858106_884369025248407_7228674102288973824_n.jpg

Les 22 et 23 mai, nous avions la chance d’accueillir un séminaire Weightlifting 101, donné par Erik Lau Kelner, fondateur de la méthode.

Mais en quoi consistait ce séminaire ? Qu’en ont appris nos coachs qui y participaient ? Charles Glorieux, head coach de CrossFit Nivelles, nous explique…

Le week-end séminaire avec Erik consistait à 2 jours de pratique autour de l’haltérophile en tant que Crossfiteur.

Nous nous sommes entraînés sur le snatch, le back squat, le power clean et le barbell cycling. (Et le down and up Haha. Véridique) .

C’était vraiment chouette de pouvoir s’entraîner avec les athlètes venus d’autres salles.


En tant qu’athlète, qu’as-tu appris lors de ce séminaire, qui te sera utile pour progresser ?

C’est la deuxième fois que je m’entraîne avec Erik. La première fois était il y a deux ans lors d’un camp (4 jours).

J’en ressors avec les mêmes idées. Il n’y a pas de raccourci. Il faut s’entraîner dur et sérieusement si l’on veut continuer à progresser. Même si une personne peut nous guider dans l’entraînement, c’est à nous à réaliser le nécessaire pour progresser.

64885997_884372238581419_6584766154231775232_n.jpg



En tant que coach maintenant, qu’as-tu appris lors de ce séminaire ? Y a-t-il des choses que tu vas intégrer dans la programmation de la salle ?

Un élément technique par série. S’il y a 5 éléments techniques, il y aura 5 séries pour les assimiler et les mettre ensemble petit à petit. La contrainte temps me pousse parfois à donner trop d’informations en même temps. Il faut continuer à mettre l’accent sur les bases, même pour progresser dans des mouvements spécifiques comme le snatch. Cela passe par la répétition du mouvement ainsi que dans sa compréhension.

Pour moi il est très important que les athlètes comprennent pourquoi ils réalisent un exercice d’une certaine manière plutôt que d’une autre. Il y a des « règles » à suivre mais tout le monde ne doit pas faire la même chose. Et je pense que tout le monde peut le comprendre si l’on prend le temps de l’expliquer.



65030192_884371448581498_7089511801779388416_n.jpg

En quoi se distingue la méthode / le coaching de Erik par rapport à d’autres méthodes ?

Erik aime travailler avec sérieux. On aime s’entraîner mais l’entraînement n’est pas le moment pour « jouer ». Il y a d’autres moments prévus pour ça. Si on merde par manque de concentration, tout le monde en paie le prix. Il veut qu’on tire le maximum de chaque exercice, chaque répétition.

Vu comme ça, je suis d’accord que ça peut paraître très militaire et très peu fun. Mais la concentration amenée durant le week-end nous permet de progresser et de ressentir des choses que l’on peut ressentir uniquement lorsque l’on est à 100%. Ces mêmes choses nous font progresser, et c’est la que ce trouve le « fun ».



Merci !


Photos : Ben Coche